Notre vision

Nous souhaitons participer au développement d’une société qui respecte les Hommes et la Nature, qui crée du lien et qui accueille la différence ; une société au sein de laquelle les projets citoyens se complètent et coopèrent ; une société qui assure la souveraineté et la sécurité alimentaire pour tous et où la résilience est au cœur de son fonctionnement.

Nos objectifs

1.   Produire, transformer et consommer des denrées alimentaires respectant les principes de l’agroécologie. Nous souhaitons mettre en valeur le travail manuel, le retour à la terre, les productions issues de la paysannerie à taille humaine, la vente en circuit court et la biodiversité.

2.   Proposer des activités de formation et de sensibilisation sur les thèmes de la Nature et de l’alimentation durable. À travers cet objectif, nous souhaitons proposer des activités accessibles aux adultes comme aux enfants mais aussi aux entreprises, associations et collectifs.

3.   Mettre en place un modèle de gouvernance participative et horizontale, où chacun peut faire entendre sa voix et est libre de prendre des initiatives. Créer un cadre sain permettant à tous de s’épanouir.

4.   Favoriser l’intégration sociale. Cet objectif est transversal. Nous souhaitons en effet permettre à un public fragilisé socialement de s’intégrer via les différentes activités mises en place sur le lieu.

5.   Nous voulons faire du domaine d’Arthey un lieu accueillant, convivial et chargé de sens. Un lieu ancré dans un réseau d’entreprises d’économie sociale qui collaborent et se renforcent mutuellement. Un lieu qui accueille des initiatives participants à la Transition. Un lieu qui rassemble et met en action des personnes aux profils multiples.

Historique

C’est en février 2015 que Laurie, Louise, Lucie et Zoé commencent à rêver d’un projet mêlant chambres d’hôtes, maraîchage et intégration de personnes en situation de handicap mental dans le domaine d’Arthey. Au fil des réflexions et des rencontres, l’équipe s’agrandit rapidement et Floriane, Anaïs et Camille rejoignent le projet.

fondatrices2

Les différentes activités sont adaptées aux motivations et intérêts de chacune. Nous élaborons un projet basé sur la concrétisation des valeurs que nous partageons : l’agroécologie, l’ouverture à la différence, l’alimentation durable,… Et nous traduisons le tout dans un Business plan.

Nous sommes soutenues dans ces démarches par le propriétaire du Domaine d’Arthey et par sa famille, qui souhaitent voir le domaine plein de vie et qui adhèrent au projet proposé.

C’est ainsi que trois pôles d’activité principaux émergent. Ceux-ci sont imaginés afin qu’ils se renforcer mutuellement.

coop

Le pôle Accueil champêtre propose un hébergement en gîte, chambres d’hôtes et tentes champêtres ainsi qu’une petite restauration dans le cadre exceptionnel du domaine d’Arthey.

Le pôle Agroécologie comprend une activité de maraîchage, l’organisation du Festival des Plantes Comestibles ainsi que des formations en agroécologie pour adultes et enfants.

Enfin, le pôle cohésion sociale est transversal et nous souhaitons qu’il permette à des personnes en réinsertion socio-professionnelle ou en situation de handicap d’être intégrées dans les différentes activités développées dans les deux autres pôles.

C’est sur cette base que la coopérative à finalité sociale Jardins d’Arthey est créée en mars 2016. Elle réunit alors 24 coopérateurs-fondateurs constituant le capital social de départ.

De 2016 à 2017, notre équipe “noyau” évoluera quelque peu au fil du temps et se stabilisera autour de 10 personnes.

IMG_1547

Le développement des activités se fait en grande artie grâce au travail bénévole de chacun. L’idée étant que le travail deviendrait peu à peu rémunéré au fur et à mesure que les activités se développeraient. C’est ainsi que nous lançons tout d’abord les chambres d’hôtes, pour lesquelles nous nous relayons chaque week-end afin d’accueillir les hôtes. Nous recherchons ensuite un maraîcher pour compléter notre équipe et pour entamer la saison de production 2017.

C’est dans ce cadre que nous créons également des comités, à savoir des groupes de bénévoles motivés par le projet et prêts à porter ensemble une activité. C’est ainsi que le comité Tente a porté en 2017 le lancement et la location de la première tente champêtre. Les délicieux brunchs du dimanche sont quant à eux concoctés par un comité de 4 personnes. Le Festival des Plantes Comestibles est lui activement porté par une quinzaine de personnes bénévoles, qui constituent le comité le plus conséquent de la coopérative.

arbre_schéma_5-01

En juin 2017, après un peu plus d’un an d’activité, se tient notre première Assemblée Générale. Comme le démontre le rapport d’activité, le bilan est positif. De nombreuses activités ont été lancées et le projet suscite un engouement certain de la part de nombreuses personnes impliquées de près ou de loin dans la coopérative. Cependant, certains questionnements des coopérateurs convergent : Comment assurer la pérennité des activités tant que celles-ci sont portées de façon essentiellement bénévole ? Comment assurer que toutes ces énergies ne faiblissent pas? Comment développer de manière moins ponctuelle les activités de cohésion sociale ?

Cette AG marque le point de départ d’une importante réflexion menée par le conseil d’administration sur le business model de la coopérative. Un groupe de travail est créé en juillet 2017 pour réfléchir à un nouveau modèle de développement susceptible de susciter l’adhésion de tous et de répondre aux constats dressés.

Nous imaginons une évolution dans l’organisation de la coopérative, passant d’un projet basé sur le bénévolat vers une structure dans laquelle des porteurs de projets/entrepreneurs y développent leurs activités de façon professionnelle, en bénéficiant du soutien de la coopérative. Grâce à ce nouveau modèle, nous souhaitons également opérer un changement d’échelle du projet. Cela afin d’augmenter et pérenniser l’impact sociétal de nos actions.

Fin septembre 2017, sur base de cette première réflexion, le CA mandate deux mi-temps de notre équipe pour creuser la question pendant 3 mois et faire une proposition concrète de budget et d’organisation opérationnelle de la coopérative pour fin janvier 2018.

Tout au long de cette mission, de nombreuses rencontres sont organisées avec d’autres projets qui s’apparente de près ou de loin au nôtre ou avec lesquels une collaboration future pourrait être envisagée. Nous rencontrons donc le Début des Haricots, la Ferme de Froidefontaine, Froidmont Insertion, le Groupe DiES, Graine de Compta, Créa-Job et Azimut (couveuses d’entreprise), COPEA…

S’appuyant sur ces rencontres, nous orientons l’évolution des Jardins d’Arthey vers une coopérative partagée dans laquelle des porteurs de projet développent leur activité professionnelle, en bénéficiant d’un cadre de soutien collectif et de ce qu’on appelera des « services mutualisés ».

Les activités de cohésion sociale sont également repensées afin qu’elles soient plus régulières et davantage ancrées dans le quotidien des activités des Jardins d’Arthey via un encadrement spécifique. À nouveau, nous avons besoin que ces activités soient portées de manière professionnelle et moins bénévoles afin de les rendre pérennes. La recherche de financements externes permettant de garantir ces activités est donc lancée.